Logo Paroisse St Paul

Paroisse St Paul

du Mesnil - Plateau de Boos - Diocèse de Rouen

EditNet
Homélie pour le baptême de Dominique Savio
clochestjb.jpg21 octobre 2007
Eglise saint Jean Bosco

 

                Aujourd’hui, nous allons célébrer un baptême. Il y a un parrain et une marraine. Je leur demanderai le prénom de leur filleule. Mais il y a un problème, il n’y aura pas d’enfant. Vous vous dites sans doute qu’il y a là quelque chose qui cloche. Vous ne croyiez pas si bien dire. Nous allons effectivement baptiser cette cloche qui est suspendue auprès de la porte de la sacristie.

               Pourquoi l’Eglise bénit-elle les cloches ? On dit parfois qu’elle les baptise. Au sens strict du terme, le baptême est réservé aux personnes. C’est un sacrement qui unit au Christ mort et ressuscité. Celui qui est baptisé devient enfant de Dieu. Cependant, l’Eglise a toujours béni des objets qui servent à la vie humaine et chrétienne. Par cette bénédiction, ces objets ne deviennent pas magiques ou dotés de propriétés surnaturelles. Ils sont mis au service de l’amour de Dieu, ils sont mis au service de notre propre réponse à l’appel de Dieu. Par l’usage que nous en faisons, ils nous aident à grandir dans la vocation qui est la nôtre.

               La cloche n’est plus simplement un instrument de musique, elle devient la voix de l’Eglise qui appelle à la prière : elle annonce les grandes fêtes. C’est à son timbre que nous nous découvrons invités à nous rassembler pour les assemblées liturgiques. Elle est encore celle qui annonce à tous que des sacrements sont célébrés : des baptêmes, des mariages. Si la cloche devient l’expression de la voix de l’Eglise, elle est tout autant l’expression des sentiments du peuple de Dieu. Quand il se réjouit (baptêmes, mariages…) ou quand il pleure (inhumations) ; quand il remercie ou quand il supplie, la cloche sonne à l’unisson de nos émotions.

               Par-dessus tout, la cloche nous rappelle que nous sommes appelés. C’est lorsqu’elle sonne que nous nous déplaçons pour aller jusqu’à l’église. Cette démarche a une profonde valeur spirituelle. Nous sommes appelés par Dieu. La cloche nous aide à reprendre conscience de cet appel que le Seigneur adresse à chacun. Dieu a l’initiative et Il attend notre réponse. C’est bien de notre vocation dont il est question ici. Par son tintement, nous sommes invités à prendre conscience de l’appel particulier que le Seigneur adresse à chacun. Sonnant pour tous, la cloche nous rappelle également que la réponse à l’appel de Dieu ne peut se vivre indépendamment des autres et de l’Eglise. C’est tous ensemble que nous nous aidons mutuellement à suivre le Seigneur. Entendue des croyants et des personnes qui ne partagent pas notre foi, la cloche nous rappelle la dimension missionnaire de la foi chrétienne. Dans le respect des autres, tout baptisé est appelé à témoigner de la Bonne Nouvelle.

               Cette bénédiction prend tout son sens à la lumière du troisième axe du projet pastoral de paroisse : avoir une attention particulière pour les jeunes. Notre communauté comprend de nombreux jeunes, des familles avec des enfants. Ceux qui sont de passage sont frappés par la jeunesse de l’assemblée. C’est cette vitalité et cette transmission entre générations que j’ai voulu rendre visibles à travers le choix du parrain et de la marraine. Cette église a été construite à la demande du P. Catois. Pour réaliser ce projet, il fut aidé par une équipe de laïcs. Ils constituèrent l’association Jean Bosco. Leurs efforts ont permis la construction de cet édifice. Nous leur sommes redevables de ce qu’ils ont réalisés. C’est à ce titre que j’ai demandé à Mr Michel Ravasse, premier président de l’association Jean Bosco d’être le parrain. Pour le choix de la marraine, je voulais un enfant du catéchisme. J’ai demandé à Ombeline Lepilleur d’être la marraine. Il y a quelques années, sa maman est décédée. Je n’oublie pas que durant la Veillée pascale, la cloche est celle qui, la première, annonce la Résurrection du Christ lorsqu’elle retentit pour le chant du Gloria. Le choix de la marraine manifeste ce qui constitue le cœur de notre foi. A-travers le parrain et la marraine, c’est l’idée de transmission de la foi qui est présente. Eclairés par l’Esprit-Saint, c’est ensemble que nous répondons à l’appel du Seigneur.

               Le choix du prénom ne s’est pas fait au hasard. Cette cloche aura pour nom Dominique Savio. Il s’agit d’un jeune originaire du Piémont. Ses parents l’envoient faire ses études auprès du Père Jean Bosco, le saint patron de cette église. Un jour, le prêtre dit à son élève : « Tu as l’étoffe pour devenir un saint ». Le jeune élève répond : « Si j’ai l’étoffe pour devenir saint, acceptez-vous d’être le tailleur ? ». Depuis, Dominique Savio a été canonisé. Le pape Jean-Paul II en a même fait le saint patron de la jeunesse.  Le prénom de cette cloche est donc un appel à devenir des saints.

               Que cette cloche nous aide à reprendre conscience de l’appel du Seigneur. Qu’elle soit, chaque fois qu’elle tinte, une invitation à vivre pleinement notre baptême. Amen

Père Alexandre Gérault
 

Mentions légales

© 2005 Paroisse Saint Paul

Nouveau serveur!