Logo Paroisse St Paul

Paroisse St Paul

du Mesnil - Plateau de Boos - Diocèse de Rouen

EditNet
Synode extraordinaire sur la famille : Réponses 2014

 

La famille : « église domestique ».

1 - Quels signes, quelles expériences pour promouvoir la conscience de la famille comme « église domestique » ?

Deux points qui permettent de donner des repères et des valeurs chrétiens :

-         la famille est une commune union de personnes qui s’aiment et se respectent et vivent ensemble des joies et des difficultés qui peuvent faire référence à la Parole de Dieu, amener à la prière communautaire et aux demandes de sacrement décidées entre parent et enfant.

-        La famille est un lieu de vie où la symbolique religieuse doit être mise en valeur comme repère pour la vie individuelle et familiale (bénédiction de la maison, représentations images saintes, place dédiée à la prière et aux livres saints, vie des saints comme modèle….)

2 - Comment stimuler le devoir d’évangélisation des parents et de la famille ?

Tout d’abord pour les parents en les rejoignant là où ils sont et en les responsabilisant sur ce devoir d’évangélisation sans les culpabiliser (catéchèse enfant avec les parents, conférences associations familiales, fiches d’aide).

Pour les parents et familles montrer la joie et l’espérance portées par les valeurs chrétiennes dans un monde  difficile et souvent sans repère.

Transmission de la foi au sein de votre famille.

3 - Qu’avez-vous aimé, réussi, reçu et transmis ? Quelle(s) difficulté(s) avez-vous vécues ?

Le rôle des parents et du milieu familial dans la transmission de la foi est générateur de joies mais il reste toujours difficile face un environnement déstabilisant souvent en décalage aux valeurs évangéliques et parce que les fruits ne sont pas toujours perceptibles. Pour les parents, la parole transmise ne suffit pas il faut également être des modèles.

4 - Comment mieux accompagner les familles dans la transmission de la foi : quelle(s) idée(s), quelle(s) suggestion(s) ?

Etre proactif dans la rencontre avec les familles (aller vers) et les relations entre familles (parcours B’Abba, pèlerinage). Promouvoir les mouvements chrétiens pour les jeunes au sein des familles et faciliter les liens intergénérationnels. Aider l’enfant à identifier son référent familial pour la transmission de la foi.

Couples en formation, couples en crise.

5 - Qu’avez-vous vécu de beau et/ou de difficile dans l’accompagnement de l’église pour les couples en formation et les couples en crise ?

Les préparations au mariage et les équipes d’accompagnement existantes sont indispensables. L’Eglise doit être à la fois à l’écoute, accueillante et faire preuve de discrétion pour les situations particulières des couples avec des personnes formées et compétentes. Notre société ne promeut pas le mariage, il convient que l’église prenne toute sa place dans la valorisation du sacrement du mariage.

6 - Concrètement, quelle attention pastorale l’église doit elle montrer pour soutenir ces couples ?

Pour soutenir les couples en formation et/ou en crise l’Eglise doit être accueillante et recevoir avec attention la diversité des situations rencontrées sans culpabiliser. Elle doit clarifier et redire solennellement l’engagement chrétien que requière la demande du sacrement du mariage. Elle doit cheminer avec les couples en crise et notamment les divorcés remariés sur leur vocation à être enfants de Dieu.


La famille : « église domestique ».

1 - Quels signes, quelles expériences pour promouvoir la conscience de la famille comme « église domestique » ?

-        La bible dans chaque foyer. Donner des moyens pour la lire et l’étudier (groupe La force de la Parole, Eveil à la Foi, Frat.

-        Faire référence à la Parole de Dieu auprès des enfants, dans son comportement, dans les décisions, par la prière et la présence à la messe.

-        Dieu est présent dans l’amour entre un homme et une femme voilà ce qu’il faut annoncer.

-        Témoigner avec humilité et vérité de notre vie de famille. Partager nos joies mais aussi nos peines, nos difficultés, nos doutes, nos échecs. Ne pas donner une image idéalisée, inatteignable mais être à l’image de l’Eglise sainte mais imparfaite.

-        Promouvoir et diffuser le film de la sélection du film catholique au festival de Cannes (diffusé dans les paroisses), signaler un très bon livre.

-        Par la lecture de la Bible toujours d’actualité : Dieu fait homme plus proche de nous dans le nouveau testament.

-        Dans le cadre d’une demande de sacrement, la demande individuelle s’inscrit dans un contexte familial. La conscience de la famille comme église domestique est possible en faisant participer les autres membres.

-        Une prière à la Sainte Famille. Cette prière serait remise aux familles qui voudraient bien l’accueillir et feraient le vœu de la dire périodiquement, individuellement, les uns pour les autres ou mieux encore tous ensemble.

-        Promouvoir les exemples : la Sainte Famille, les époux Martin, nos parents. Réciter le chapelet en commun.

-        Promouvoir les commandements de Dieu : aimer Dieu, son prochain tout proche (frère et sœur), honorer son père et sa mère. Redire la force de la prière en famille lors d’un évènement familial ou simplement au cours d’un repas partagé. L’importance de la maison familiale comme temple de Dieu où sont identifiés des repères : crucifix, images saintes, coin prière, temps liturgiques : rameaux de buis, crèche... Redonner le sens et la beauté de la bénédiction de la maison.


2 - Comment stimuler le devoir d’évangélisation des parents et de la famille ?

-        Une bonne initiative avec « Dimanche autrement » où les parents et les paroissiens sont invités à rejoindre les étapes de la catéchèse des enfants.

-        En faisant participer les parents à la catéchèse de leurs enfants, aux célébrations et aux prières proposées par les catéchistes.

-        C’est la transmission de la foi que nous devons à notre tour transmettre. La religion chrétienne n’est pas que morale, c’est d’abord une révélation.

-        La vraie question est : comment donner aux hommes le goût de Dieu ? Il nous semble qu’il faut d’abord toucher les jeunes. quelques pistes :

o    Les jeunes des JMJ reviennent regonflés à bloc pour une bonne majorité. Comment entretenir cette flamme pour qu’ils la transmettent autour d’eux et garder ce rayonnement qui est communicatif.

o    L’Eglise doit être visible dans les villes et les quartiers. Oser aller à la rencontre des gens comme les groupes « Annuneio » ou « Holly beach ».

o    Que faisons-nous de la vie extraordinaire de nos saints. Utiliser les moyens modernes de communication (vidéo, mise en scène, etc.…) pour faire découvrir aux jeunes ces témoignages bouleversants qui amènent réflexions voire adhésions.

o    Les chrétiens devraient être capables de montrer la joie qui les habite. Joie d’être aimé de Dieu et qui donne sens à notre vie. «  un saint triste est un triste saint ! ». La joie attire et communicative. De grâce montrons là.

-        En les rejoignant là où ils sont, en les culpabilisant pas mais en les responsabilisant.

-        Faire des rencontres « éveil à la foi », des parents avec les enfants du catéchisme avec des intervenants témoins. Promouvoir le Frat. Solliciter dans les paroisses les Associations familiales catholiques qui organisent régulièrement des conférences à destinations des parents.

-        En étant à l’écoute. Croire toujours à la force de la Parole.

-        Proposer des démarches d’éveil à la foi : accompagner les familles, veiller à la qualité de l’accueil, rejoindre les familles là ou elles sont.

-        Par une bonne information des familles sur les l’éveil à la foi, les horaires de messes, des inscriptions au catéchisme, des temps liturgiques Noël en particulier.

-        Avec des fiches de « travail » qui seraient disponibles sur les sites des paroisses. Elles aideraient les parents et familles à vivre leur foi en lien avec l’Eglise.

-        Faire une mailing-liste au niveau de la paroisse pour envoyer à tous ceux qui le désirent les homélies du Pape François très concrètes et spirituelles à la fois pour répondre aux questions existentielles.

-        Raviver le culte de Saint Joseph : père modèle. Insister régulièrement sur le caractère engageant d’éduquer dans la foi les enfants tout au long de leur vie.


Transmission de la foi au sein de votre famille.

3 - Qu’avez-vous aimé, réussi, reçu et transmis ? Quelle(s) difficulté(s) avez-vous vécues ?

-        La prière en famille, la crèche à la maison. La formation des laïcs en responsabilité en Eglise et en famille.

-        Nous avons maintenu la foi transmise par nos parents dans une période difficile pendant et après le concile Vatican II avec la participation active des laïcs dans l’Eglise. Regrettons l’enseignement « léger » du catéchisme proposé à l’époque à nos enfants trop orienté vers des familles non-pratiquantes ; ce qui n’a donc pas responsabilisé les jeunes chrétiens dans la foi.

-        J’ai essayé de semer ; la moisson ne m’appartient pas et heureusement.

-        Nous avons aimé ce que nos parents nous ont transmis : leur foi, leur exemple de parents pratiquants, la prière en famille, les engagements dans les mouvements catholiques. Ils nous inscrits à l’aumônerie du lycée. Il était évident de continuer et cela a plutôt réussi.

-        Toujours fidèle à la pratique religieuse ; s’impliquant dans la catéchèse. Nos enfants ne pratiquent pas tous mais gardent l’esprit de droiture, de fraternité et de justice.

-        Aimé : essayer d’être en cohérence entre les valeurs évangéliques auxquelles nous croyons et notre manière de vivre mais nous ne pouvons que semer. Difficulté : certains de nos enfants ne se retrouvent pas dans une proposition de messe ou un groupe de réflexion.

-        Les sacrements de l’initiation chrétienne et la vie communautaire avec l’Eglise locale. Cependant les déménagements détruisent souvent les liens. Il manque un service d’accueil dans les nouvelles paroisses.

-        Nous avons reçu le respect de l’autorité et donc la confiance en nos parents, en la foi qu’ils nous ont enseignée. Et non se construire soi même. Nos parents nous ont engendrés dans la foi : ils n’ont pas tout délégué au catéchiste et ont été eux même des modèles.

-        Nous avons aimé le rôle de facilitateur de nos parents dans la transmission de la foi à la fois en encadrant (décision sur les sacrements) mais aussi en étant modèle par leur pratique de la foi. La principale difficulté dans la transmission de la foi en tant que parent est souvent celle d’être à contre temps face aux évolutions de la société, des mœurs et du progrès technique. Il manque souvent des grilles de lecture pour montrer que la Parole de Dieu est une parole vivante pour le monde d’aujourd’hui, mais nous savons que ce qui est semé est source de vie et que les fruits ne sont pas toujours immédiats.


 

4 - Comment mieux accompagner les familles dans la transmission de la foi : quelle(s) idée(s), quelle(s) suggestion(s) ?

-        Proposer des pèlerinages pour les familles (Paray le Monial).

-        Inviter les familles chrétiennes à militer dans les associations familiales en priorité dans les AFC ; et (ou) dans les mouvements d’Eglise pour échanger sur les problèmes d’actualité en affermissant leurs convictions chrétiennes. Nécessité de se retrouver avec d’autres qui partagent les mêmes valeurs chrétiennes.

-        Défendre la famille (la manif pour tous) et le respect du repos hebdomadaire. Le travail du dimanche détruit les familles.

-        En allant vers les familles qui ont le plus de difficulté, en osant la rencontre et l’écoute attentive. C’est bien de convoquer, c’est mieux d’aller à leur rencontre.

-        Valoriser les mouvements d’Eglise (scouts, aumônerie du lycée) en en parlant davantage. Eviter les rencontres purement administratives. Permettre aux parents qui inscrivent leurs enfants au catéchisme de réfléchir et de discuter entre eux sur des questions telles que : pourquoi éduquer dans la foi, en quoi la foi en Dieu n’a rien de ringard, les difficultés d’éduquer (parcours B’Abba).

-        Suivre le Christ. Encourager la catéchèse. S’impliquer.

-        Encourager les relations fraternelles pour donner le goût d’aller plus loin (parcours B’Abba).

-        Initier des rencontres inter générationnelles grand parents, parents, enfants (comme à la paroisse de Yerville).

-        Créer si elle n’existe déjà une formation destinée à tous les membres d’une famille.

-        Se mettre à l’école des saints. Le premier enseignement des parents : par l’exemple.

-        La notion de famille a beaucoup évolué (famille monoparentale, recomposée, immigrée, etc.). le référent familial pour la transmission de la foi est à la fois complexe à identifier et son rôle peut être dispersé. Il faut aider l’enfant à le ou les déterminer et ensuite responsabiliser ce(s) référent(s) sur leur rôle de modèle.


 

Couples en formation, couples en crise.

5 - Qu’avez-vous vécu de beau et/ou de difficile dans l’accompagnement de l’église pour les couples en formation et les couples en crise ?

-        Beau : la préparation au mariage (CPM, MCC, ACI). Sessions Cana (Chemin neuf) et Amour et Vérité (Emmanuel). Sessions Vivre et Aimer. Pèlerinage des Pères ou Mères de famille.

-        Nous avons connu un ménage pratiquant (3 enfants). Nous avons su à la fin de leur vie que lui était divorcé remarié. Le prêtre leur avait donné la possibilité de communier. Nous avons apprécié la discrétion du prêtre et de ce couple.

-        Nous avons participé à la formation des fiancés et à la préparation au mariage qui nous semblent indispensables. Nous avons fait partie des équipes Notre Dame pour approfondir notre amour.

-        Difficulté d’accompagner des femmes victimes de harcèlement ou violences physiques et morales de la part de leur mari. C’est plus fréquent que l’on n’imagine. Chrétiennes pratiquantes, elles pensent qu’il faut subir par souci de charité et de sacrifice dans une mauvaise compréhension de l’évangile.

-        Nous avons constaté un gros problème de culpabilité pour ceux qui ont vécu un divorce et une grande certitude chez eux qu’ils n’ont pas leur place dans l’Eglise.

-        L’Eglise doit être vraie. Les couples doivent toujours continuer à s’ouvrir, s’expliquer, dialoguer. Il doit y avoir des concessions de part et d’autres. Ouvrir l’Eglise sur les divorcés remariés.

-        Beau : la joie de vouloir construire pour la vie. La difficulté est qu’il est fait appel à la volonté de chacun de construire une vie à deux dans une société où le modèle n’est pas proposé.

-        Beau : la solidarité et la fraternité des chrétiens de l’Eglise locale.

-        Pour les difficultés du couple : la confession sincère et régulière ; puis profiter de la grâce de l’eucharistie. Souder avec la prière en commun.

-        Nous avons eu ce beau témoignage de nos enfants pour leur mariage : vous nous avez montré l’exemple de deux personnes qui s’aiment et partagent leur bonheur avec les autres. A nous maintenant de suivre le chemin que vous nous avez montré. La préparation des futurs couples est aussi enracinée dans le vécu des familles des futurs époux.


 

6 - Concrètement, quelle attention pastorale l’église doit elle montrer pour soutenir ces couples ?

-        Accueil et écoute. Promouvoir les mouvements Equipe Notre Dame

-        Toutes les actions en faveur des couples en crise devraient être menées dans la plus grande discrétion et ne jamais être des situations risquant le scandale.

-        Pourquoi séparer le mariage du sacerdoce ? Si le mariage est un sacrement de sanctification pourquoi des personnes mariées ne pourraient pas accéder au sacerdoce ? il faut cesser cette distinction entre laïcs (mot que je n’aime pas) et clergé.

-        Miséricorde pour les couples divorcés remariés en les autorisant à communier. A côté des préparations au mariage et des Equipes Notre Dame il faudrait développer les préparations au mariage civil et les cours Alpha. Il faudrait plus d’homélies concrètes mettant en lien l’évangile et le réel des familles.

-        L’Eglise doit rester accueillante, attentive et à l’écoute.

-        L’Eglise doit se montrer pleine d’humanité et d’attention.

-        Si l’Eglise s’inscrit dans une démarche de foi, ne pas rajouter à la blessure de la séparation l’impossibilité de vivre le sacrement de l’eucharistie. Le raisonnement doctrinal est-il celui de Dieu ou celui des hommes ?

-        L’Eglise doit être un lieu d’accueil et d’écoute par des gens formés et compétents.

-        Que les pasteurs rappellent le salut des âmes aux parents et aux enfants. Pratiquer la miséricorde à l’exemple du Pape François.

Redire la beauté et la solennité de l’enseignement du Christ. Préserver l’indissolubilité des sacrements, clarifier et souligner l’engagement personnel qu’ils induisent. Accompagner les couples divorcés remariés dans les diverses voies pour recevoir le Christ et notamment en recevant avec foi la Par

 

Mentions légales

© 2005 Paroisse Saint Paul

Nouveau serveur!